Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2013

Ces femmes qui font l'Europe (9) : Ania GUILLAUME PABIS, artiste peintre, un hymne à la beauté

Bando Ces femmes qui font l'Europe v2.jpg

Ania Guillaume Pabis est une artiste d'origine polonaise installée à Monaco et reconnue internationalement.

Jacky Morelle nous en trace le portrait ci-dessous. Elle l'a également interrogée sur sa relation à l'Europe.

Ania, tu es reconnue internationalement en tant qu'artiste. Que représente l'Europe pour toi en termes d'opportunités ?

AGP : Depuis ma petite enfance je suis Européenne. J'ai vécu en Pologne, en Tchécoslovaquie, en Angleterre et surtout en Belgique. Pour moi, l'Europe a toujours été une unité en soi grâce à  ma vie dans tous ces pays.

Ya -t-il des pays européens qui apprécient plus particulièrement tes œuvres?

AGP : J'expose beaucoup au Japon (mais ce n'est pas l'Europe!!!). En Europe, c'est surtout la sensibilité des personnes qui me poussent dans une voie ou dans une autre.

S'il y avait une chose à faire pour rendre l'Europe plus accessible aux yeux des citoyens, quelle serait-elle?

AGP : En général les artistes voyageaient et voyagent toujours beaucoup... Pour les jeunes, on a créé Erasmus, ce programme d'échange d'étudiants et d'enseignants entre les universités et les grandes écoles européennes. Les étudiants peuvent effectuer une partie de leurs études dans un autre pays européen. Il faudrait penser à envisager une chose similaire pour nos dirigeants politiques.

Portrait d'Ania Pabis Guillaume par Jacky Morelle

ANIA GUILLAUME  PABIS 2.JPGAnia Guillaume Pabis est d’origine polonaise. Grâce à une grand- mère peintre et une mère passionnée par la nature, elle a appris très jeune à rapprocher le beau naturel et le beau artistique.

Ania est à la fois sculpteur, peintre et céramiste. Ses œuvres ont été exposées en France, en Belgique, en  Pologne, en Chine et au Japon. C’est une grande artiste internationale.

Sa peinture est un hymne à la beauté. L’influence orientale est évidente dans les vagues géantes sur fond d’or et la sinuosité des troncs d’arbres. C’est pour elle une manière d’attirer l’oeil du spectateur et de l’entraîner dans son univers fait de rêves, d’idées, d’âme et d’infini. Ses toiles sont de véritables bouffées d’émotion. La contemplation de ses œuvres déclenche en nous l’amour du beau. Ce qui est beau touche, charme et transporte.


photo 4.JPGEn céramique, elle travaille le contraste entre l’aspect brut du grès et la brillance de l’émail. Ce travail de surfaces donne une force inhabituelle aux œuvres, laisse entrevoir clairement la personnalité de cette artiste hors du commun et crée le trait d’union entre son inspiration picturale et sculpturale.

La sculpture était la suite logique de toutes ses expériences.

L’expressivité de ses sculptures frappe autant que leur symbolisme. Des personnages comme le merveilleux hommage à Chopin sortent tout droit de ses rêves et laissent apparaître l’émotion au travers de nos yeux.

Les sculptures retiennent et plaisent par la  noblesse, la pureté des lignes, les belles proportions, la hardiesse des compositions,  l’originalité de la conception tout comme un poème élégamment composé, dont les différentes parties sont bien équilibrées et se répondent entre elles. Elles traduisent merveilleusement le relief et comme sa peinture, se servent des yeux pour atteindre l’âme.

Sa dernière œuvre en bronze se trouve à la mutuelle Saint Christophe, juste à côté du Val de Grâce. L'usage de l'automobile est une nécessité pour les prêtres dans l'exercice de leur ministère. C'est ainsi qu'au début des années 30 naît l'Automobile Club Saint Christophe, association destinée à aider les prêtres pour l'achat et l'entretien de leur automobile. Le 1er juin1962, l'association devient la Mutuelle Saint Christophe assurances, la "mutuelle des prêtres". La direction avait demandé à Ania de symboliser le chiffre 4 et elle a tout de suite pensé aux 4 éléments : l'eau qui nous abreuve, l'air que nous respirons, le feu qui nous réchauffe et la terre qui nous porte et aux symboles des 4 évangélistes : l'aigle (Jean), le taureau (Luc), le lion (Marc) et l'homme (Mathieu). Quoi de plus naturel pour ce prestigieux endroit empreint de chrétienté. Ania ne pouvait imaginer plus bel écrin pour accueillir ses œuvres en bronze.

Son magnifique aigle (Jean) regarde vers l'entrée de la mutualité comme s'il plongeait vers l'être humain pour l'accueillir, pour le protéger. Il symbolise le 2ème élément l'air. Sur l'arceau en bronze,  Ania a dessiné des plumes et une feuille de ginkgo, vraisemblablement le plus vieil arbre du monde qui a su résister à tous les bouleversements géologiques et thermiques.

Saint Mathieu symbolise de manière classique l'homme. L'artiste l'a représenté par un mouvement transcendantal des mains jointes en offrande d'où jaillira l'eau, symbole de la pureté.

APG 4 oeuvres.png

Le lion (Marc) symbole de la lumière : sa tête a été faite en cire directe donc pas de moule, pas de possibilité de reproduction. La crinière est composée de scories c'est- à- dire de morceaux de bronze qu'Ania a assemblés à la fonderie, un peu à la manière d'un puzzle. Elle a mis  au point une technique issue de sa compréhension du bronze qui explique en partie la beauté saisissante de cette pièce.

Enfin le taureau (Luc), symbole de la terre qui semble regarder les autres sculptures et les inviter à un dialogue de bronze.

Ses œuvres paraissent légères tant la lumière peut les faire frissonner.

Pour cette artiste internationale, ses dernières sculptures sont une forme de méditation sur le monde, l'homme, la matière et le temps.

                                     Jacky MORELLE

Jacky MORELLE

J MORELLE.jpgOriginaire de Montauban dont elle garde l'accent chantant, installée à Paris, elle est Présidente depuis plus de 10 ans de l'association Histoire du 3ème arrondissement. Passionnée d'histoire, de littérature et de musique classique (son "violon d'Ingres" est le piano), elle organise des conférences sur des personnalités féminines plus ou moins connues telles que Louise Michel, Nathalie Lemel, Olympes de Gouges, Flora Tristan, Juliette Drouet … qui ont marqué leur temps par leur esprit, leur plume ou leur combat politique. Elle écrit des articles dans des revues comme la critique parisienne.

 Sur le projet Femmes 3000 « Ces femmes qui font l’Europe » : En 1791, Olympe de GOUGES écrivait la déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne en parallèle à la Déclaration des Droits de l'Homme (article par article et dès le préambule).Cette femme exceptionnelle qui rappelait que les droits et la liberté de la femme sont toujours à défendre a commencé le combat  que d'autres continueront beaucoup plus tard......Mais au XXIe siècle, il ne suffit pas d'être une femme pour participer à la construction de l'Europe, il faut aussi savoir donner de son énergie et utiliser son expérience pour s'intégrer à ce grand projet :"CES FEMMES QUI ONT FAIT ET QUI FONT L'EUROPE"

 

 

Les commentaires sont fermés.