Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2014

La place des filles ou quand l’égalité devient un sport pour tous, le 6 novembre 2014

Femmes 3000 était partenaire de cette rencontre qui s'est tenue à la maison des associations de Nice, devant un auditoire composé pour partie de jeunes du lycée Don Bosco en parcours sportif (une soixantaine de participants).


La rencontre s'est ouverte pas la diffusion d'un film "Passe la balle" (https://www.youtube.com/watch?v=oJo36sC1Q3k)

et s'est close par un film récent "Joue la comme une fille" de la marque Always (https://www.youtube.com/watch?v=uRjXDixe15A).
Les échanges avec la salle ont été nourris et fructueux.

 

 

La séance a été introduite par Natacha Himelfarb, déléguée au droit des femmes dans les Alpes maritimes, qui a rappelé en quelques chiffres l'importance pour les filles de savoir prendre leur place et mieux lutter contre les stéréotypes (27 % de différence de salaire en leur défaveur, un moindre choix de métiers possibles, de multiples violences, etc.)

Pascale Oddoart, présidente de Femmes 3000 Côte d'Azur a rappelé les principales missions de Femmes 3000 dont celle qui consiste à augmenter la visibilité des femmes dans tous les domaines par différentes actions et formations et son souhait de toucher également les jeunes filles.

Agnès de Préville, journaliste et membre du CA de Femmes 3000 Côte d'Azur, a introduit à la thématique et animé le débat.

Nicole Abar, a un parcours atypique, ancienne membre de l’équipe de France de football, elle a été huit fois championne de France,  et a mené parallèlement une carrière dans la vie civile et de hautes responsabilités dans les instances sportives. Elle est aujourd'hui chargée de mission nationale femmes et sports. Elle a été responsable de la mise en œuvre du dispositif ABCD égalité dans le premier degré, un projet très original, qui rebondit sur un plan d’action égalité entre les filles et les garçons.

Ancienne timide, ancienne autodidacte, victime de discriminations sexistes et racistes, à l'école, elle a compris très tôt l'importance du sport et de la confiance en soi pour savoir se faire une place dans un monde encore construit pour les petits garçons qui seront de futurs hommes et patrons.

Dans cet esprit, elle a fondé l’association Liberté aux joueuses qui promeut l’égal accès des femmes et des hommes au sport et combat les stéréotypes sexistes à l’école et sur les terrains de sport, notamment avec le projet "passe la balle".

Sur scène Nicole bouge, saute, se recroqueville, s'adresse à la petite fille et au petit garçon en chacune et chacun de nous et fait prendre conscience comment elle ou il a pu être dès l'école maternelle bridé(e) dans ses aspirations ou orienté(e) selon son sexe vers telle ou telle activité. "Que de talents gâchés dès la maternelle", dit-elle avec ces petites filles qui n'oseront pas occuper l'espace plus tard ni utiliser leur corps pour cela, ou ces petits garçons sur lequel pèsera l'impératif de réussite, de force et de virilité.

Dès la cour de récréation, les garçons occupent le centre, les filles la périphérie et ce n'est pas un hasard. Comme elle aime à le rappeler, "un petit garçon ne sait pas encore jouer au football dans l'utérus maternel, et "une petite fille n'a pas encore appris à repasser". Car tout est question d'apprentissage et de regard. Nicole parle "des pipettes de stéréotypes que l'on reçoit goutte après goutte dès l'enfance, ou par petite touche. A la fin, cela fait un grand tableau impressionniste qui a l'air très bien de loin, mais on ne voit plus les multiples touches reçues".

Comment faire prendre conscience sinon en éduquant que nous sommes des chaînons reproducteurs de la représentation stéréotypée ?

Nicole apprend la vigilance pour que chacun(e) puisse se construire en fonction de ce qu’il (elle) est et non en fonction de ce qu’on voudrait qu’il(elle) soit. 

Au fond, elle apprend la liberté, celle d'oser être soi.

 

 

Agnès de Préville
Journaliste et membre du CA de Femmes 3000 Côte d'Azur

Les commentaires sont fermés.